SIETE INVIERNOS - VI SEPT HIVERS - VI
Carlos Barbarito trans. Chantal Enright & Elina Julia Kohen
(into French)

Sumerge la mano en la sombra
y la cree, por un momento, agua.
No sueña.
Sueña con un maniquí bajo la lluvia.
Muere y despierta en la misma cama,
bajo la misma frazada.
Afuera, abejorros entre las flores,
lejanos ladridos de perros,
que no ve ni oye.
Al alba, como siempre,
habrá un llamado que no atenderá
y, del otro lado, de nuevo,
tal vez por última vez,
una boca pura, una música celeste y pura:
¿por qué no vamos al mar,
por qué en el mar no nos desnudamos?


Il plonge sa main dans l’ombre
Et la prend pour de l’eau un instant.
Il ne rêve pas.
Il rêve d’un mannequin sous la pluie.
Il meurt et se réveille dans le même lit,
sous la même couverture.
Dehors, des bourdons dans les fleurs,
de lointains aboiements de chiens
qu’il ne voit ni n’entend.
À l’aube, comme de coutume, un
un appel auquel il ne répondra pas
et,de l’autre côté, à nouveau
et peut-être pour la dernière fois,
une bouche pure, une musique céleste et pure:
Pourquoi n’allons nous pas vers la mer,
Pourquoi ne pas nous déshabiller dans la mer?


Copyright © Carlos Barbarito; transl.copyright © Charlotte Enright & Elina Julia Kohen 2008


next
index
translator's next