LE PIANO QUE BAISE ... THE PIANO KISSED ...
Paul Verlaine trans. A.S.Kline


Le piano que baise une main frêle
Luit dans le soir rose et gris vaguement,
Tandis qu'avec un très léger bruit d'aile
Un air bien vieux, bien faible et bien charmant
Rôde discret, épeuré quasiment,
Par le boudoir longtemps parfumé d'Elle.
Qu'est-ce que c'est que ce berceau soudain
Qui lentement dorlote mon pauvre être?
Que voudrais-tu de moi, doux chant badin?
Qu'as-tu voulu, fin refrain incertain
Qui vas tantôt mourir vers la fenêtre
Ouverte un peu sur le petit jardin?
The piano kissed by a delicate hand
Gleams distantly in rose-grey evening
While with a wingtips’ weightless sound
A fine old tune, so fragile, charming
Roams discreetly, almost trembling,
Through the chamber She’s long perfumed.
What is this sudden cradle song
That gradually lulls my poor being?
What do you want of me, playful one?
What do you wish, slight vague refrain
Drifting now, dying, towards the window
Opening a little on a patch of garden?

Trans. copyright © A.S.Kline 2007


next
index
translator's next