COLLOQUE SENTIMENTALE COLLOQUY WITH FEELING
Paul Verlaine trans. Peter Dale
Dans le vieux parc solitaire et glacé,
Deux formes ont tout à l'heure passé.

Leurs yeux sont morts et leurs lèvres sont molles,
Et l'on entend à peine leurs paroles.

Dans le vieux parc solitaire et glacé,
Deux spectres ont évoqué le passé.

- Te souvient-il de notre extase ancienne
- Pourquoi voulez-vous donc qu'il m'en souvienne?

- Ton coeur bat-il toujours à mon seul nom ?
- Toujours vois-tu mon âme en rêve? - Non.

- Ah! les beaux jours de bonheur indicible
Où nous joignions nos bouches! - C'est possible.

- Qu'il était bleu, le ciel, et grand, l'espoir!
- L'espoir a fui, vaincu, vers le ciel noir.

Tels ils marchaient dans les avoines folles,
Et la nuit seule entendit leurs paroles.
In the lonely frozen old park
Two forms have just passed in the dark.

Their eyes are dead and their lips weak.
It's hard to catch the words they speak.

In the lonely frozen old park
Two spectres raise the past and remark:

'You still remember our ancient rapture?'
'Why want me ever to recapture?'

'My name still make your heartbeat race?
D'you see my soul in dream?' 'Not the case.'

'The joy unspeakable those beautiful
Days when our lips met?' 'It's possible.'

'How blue the sky was, and hope how high!'
'That's fled, beaten, to the black sky.'

So among the wild oats they walked.
And only night heard how they talked.

Click here 2 for another translation of this poem.

Trans. Copyright © Peter Dale 2006


next
index
translator's next