BALLADE DES PENDUS BALLADE DES PENDUS
François Villontr. A.S.Kline
Frères humains, qui après nous vivez,
N'ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
Vous nous voyez ci attachés, cinq, six:
Quant à la chair, que trop avons nourrie,
Elle est piéça dévorée et pourrie,
Et nous, les os, devenons cendre et poudre.
De nôtre mal personne ne s'en rie;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre!

Si frères vous clamons, pas n'en devez
Avoir dédain, quoique fûmes occis
Par justice... Toutefois vous savez
Que tous hommes n'ont pas bon sens rassis.
Excusez-nous, puisque sommes transis,
Envers le fils de la Vierge Marie,
Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
Nous préservant de l'infernale foudre.
Nous sommes morts, âme ne nous harie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre!

La pluie nous a debués et lavés,
Et le soleil desséchés et noircis.
Pies, corbeaux nous ont les yeux cavés,
Et arraché la barbe et les sourcils.
Jamais nul temps nous ne sommes assis
Puis çà, puis là, comme le vent varie,
À son plaisir sans cesser nous charrie,
Plus becquetés d'oiseaux que dés à coudre.
Ne soyez donc de nôtre confrérie;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre!

Prince Jésus, qui sur tous a maistrie,
Garde qu'Enfer n'ait de nous seigneurie;
À lui n'ayons que faire ni que soudre.
Hommes, ici n'a point de moquerie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre!
My brothers who live after us,
Don’t harden you hearts against us too,
If you have mercy now on us,
God may have mercy upon you.
Five, six, you see us, hung out to view.
When the flesh that nourished us well
Is eaten piecemeal, ah, see it swell,
And we, the bones, are dust and gall,
Let no one make fun of our ill,
But pray that God absolves us all.

No need, if we cry out to you, brothers,
To show disdain, if we’re in suspense
For justice’s sake. How few of the others,
Are men equipped with common sense.
Pray for us, now beyond violence,
To the Son of the Virgin Mary,
So of grace to us she’s not chary,
Shields us from Hell’s lightning fall.
We’re dead: the souls let no man harry,
But pray that God absolves us all.

The rain has soaked us, washed us: skies
Of hot suns blacken us, scorch us: crows
And magpies have gouged out our eyes,
Plucked at our beards, and our eyebrows.
There’s never a moment’s rest allowed:
Now here, now there, the changing breeze
Swings us, as it wishes, ceaselessly,
Beaks pricking us more than a cobbler’s awl.
So don’t you join our fraternity,
But pray that God absolves us all.

Prince Jesus, who has all sovereignty,
Preserve us from Hell’s mastery.
We’ve no business down there at all.
Men, you’ve no time for mockery.
But pray to God to absolve us all.

Click here 1 for another translation of this poem.

Trans. Copyright © A.S.Kline 2004


next
index
translator's next