RUMEURS DE BRETAGNESOUNDS OF BRITTANY
Jean-Raymond Tschumitrans. Christine Crow
à mon frère


Les vagues battent la Bretagne, ici-même
la feuille s'humecte de brèves griffures,
le souffle n'est plus que bourrasque en futaie
et l'on craint pour son toit quand râle le vent.

Les vagues battent la Bretagne, mon frère,
Ici-même nous fêtons face aux flammes
une naissance de bois vert, la terre s'ouvrira,
nos jouets à jamais remisés, nous venons de nous déférer.
Le silence des coeurs à quai nous unit,
et il y a nos enfants
leurs cris d'une joie librement remuée.
Mais encore j'entends
déferlantes lointaines sourde rumeur de guerres civiles
qui tuèrent les élans sans achever les désirs.
Et les vagues mon frère assiègent la Bretagne,
écume de nos rêves jadis complotés,
et fourbis comme une arme d'avenir.
to my brotber


Waves beat on Brittany, here
the leaf grows moist with brief scratches
the breeze is no more than a gust in clusters of trees
and they fear for their roofs when the wind rattles

Waves beat on Brittany, my brother,
here we celebrate with our face to the flames
a birth of tender green wood, the earth will open,
our toys for ever put away, we have given ourselves up now.
The silence of our hearts along the quayside unites us,
and there are our children, too,
their shouts of joy freely stirred.
But still I hear
unfolding far off the dull sound of those civil wars
which killed spirits without ending desires.
And the waves my brother besiege Brittany,
foam of all the dreams we once plotted,
primed like a weapon of the future.

Copyright © Jean-Raymond Tschumi 2002; trans. copyright © Christine Crow 2002 - publ. "Fife Lines"
Original published in "Résurgences", L'Âge d'Homme, Lausanne, 1990.


next
index
translator's next