EL DESDICHADO WIDOWED, UNCONSOLED ...
Gérard de Nerval trans. Alan Crosier
Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie:
Ma seule Étoile est morte, - et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.

Suis-je Amour ou Phébus? ... Lusignan ou Biron?
Mon front est rouge encore du baiser de la Reine;
J'ai rêvé dans la Grotte où nage la Sirène ...

Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron:
Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.
Widowed, unconsoled, in twilight doom -
The Prince of Aquitaine, my Tower laid waste;
My starry-fretted lute reflects in gloom
The blackened Sun - since my own Starís effaced.

O You, my Comfort! - yield, from nightís bleak tomb,
Posillipo, the Bay of Naples - haste
Them back to me! My stricken heartís dear bloom -
That arbour where the Vine and Rose embraced.

A Biron, or Lusignan - which am I?
Phoebus? Cupid! My brow the Queen kissed red;
In dreams to caves where mermaids bathe Iíve sped -

Triumphant, twice crossed Acheron, did not die:
On Orpheusí lyre by turns I improvise
The Saintís own sighs, the weeping Fairyís cries.

Click here 2 for another translation of this poem.

Trans. Copyright © Alan Crosier 2005


next
index
translator's next