from "TARTUFFE" - Act I. Scene 5from "TARTUFFE" - Act I
Molièretrans. & adapt. Ranjit Bolt
............
............
CLÉANTE:
Je ne suis point, mon frère, un docteur révéré,
Et le savoir chez moi n'est pas tout retiré.
Mais, en un mot, je sais, pour toute ma science,
Du faux avece le vrai faire la différence.
Et comme je ne vois nul genre de héros
Qui soient plus à priser, que les parfaits dévots,
Aucune chose au monde est plus noble et plus belle
Que la sainte ferveur d'un véritable zèle,
Aussi ne vois-je rien qui soit plus odieux
Que le dehors plâtré d'un zèle spécieux,
Que ces francs charlatans, que ces dévots de place,
De qui la sacrilège et trompeuse grimace
Abuse impunément et se joue à leur gré
De ce qu'ont les mortels de plus saint et sacré,
Ces gens qui, par une âme à l'intérêt soumise,
Font de dévotion métier et marchandise,
Et veulent acheter crédit et dignités
À prix de faux clins d'yeux et d'élans affectés,
Ces gens, dis-je, qu'on voit d'une ardeur non commune
Par le chemin du Ciel courir à leur fortune,
Qui, brûlants et priants, demandent chaque jour,
Et prêchent la retraite au milieu de la cour,
Qui savent ajuster leur zèle avec leurs vices,
Sont prompts, vindicatifs, sans foi, pleins d'artifices,
Et pour perdre quelqu'un couvrent insolemment
De l'intérêt du Ciel leur fier ressentiment,
D'autant plus dangereux dans leur âpre colère,
Qu'ils prennent contre nous des armes qu'on révère,
Et que leur passion, dont on leur sait bon gré,
Veut nous assassiner avec un fer sacré.
De ce faux caractère on en voit trop paraître;
Mais les dévots de coeur sont aisés à connaître.
Notre siècle, mon frère, en expose à nos yeux
Qui peuvent nous servir d'exemples glorieux:
Regardez Ariston, regardez Périandre,
Oronte, Alcidamas, Polydore, Clitandre;
Ce titre par aucun ne leur est débattu;
Ce ne sont point du tout fanfarons de vertu;
On ne voit point en eux ce faste insupportable,
Et leur dévotion est humaine, est traitable:
Ils ne censurent point toutes nos actions:
Ils trouvent trop d'orgueil dans ces corrections;
Et laissant la fierté des paroles aux autres,
C'est par leurs actions qu'ils reprennent les nôtres.
L'apparence du mal a chez eux peu d'appui,
Et leur âme est portée à juger bien d'autrui.
Point de cabale en eux, point d'intrigues à suivre;
On les voit, pour tous soins, se mêler de bien vivre;
Jamais contre un pécheur ils n'ont d'acharnement;
Ils attachent leur haine au péché seulement,
Et ne veulent point prendre, avec un zèle extreme,
Les intérêts du Ciel plus qu'il ne veut lui-meme.
Voilà mes gens, voilà comme il en faut user,
Voilà l'exemple enfin qu'il se faut proposer.
Votre homme, à dire vrai, n'est pas de ce modèle.
C'est de fort bonne foi que vous vantez son zèle
Mais par un faux éclat je vous crois ébloui.

ORGON:
Monsieur mon cher beau-frère, avez-vous tout dit?

CLÉANTE:
Oui.
ORGON:
Je suis votre valet.
............
............
............
............
CLÉANTE:
I'm not a Cato - I don't claim
A special licence to distribute blame
In moral matters - all I'm trying to do,
Believe me, is distinguish False from True.
And just as I believe true saintliness
To be the greatest treasure we possess,
So, when I see its odious counterfeit,
Nothing can stop me castigating it.





I ask you, shouldn't one express concern,
When charlatans make virtue serve their turn?
When hypocrites walk tall and piety
Is traded in like some commodity?
When money-grubbers and place-hunters rise
By dint of furrowed brows and lowered eyes?
One of the courtier's most endearing quirks
Is to "reject" the world and all its works -
The road to Heaven is the road to wealth:
Adopt a zealous pose and help yourself.





Pursue your enemy, swallow him whole,
And having killed him off, pray for his soul!
It happens all the time. With friends like these,
One asks oneself, does God need enemies?
In France today, such hypocrites abound.
Fortunately, examples can be found
Of a much worthier type: such people as
Ariston, Periandre, Alcidamas,
Clitandrë - they're not always scavenging
For vice - they find some good in everything.





No, not for them the virulent critique -
They unterstand that human flesh is weak;
Their natural modesty prohibits them
From passing judgement on their fellow men;
They keep their house in order and avoid
Cabales where reputations are destroyed,
Attending to their own spiritual health,
Not "down" on sinners, but on Sin itself.
These are my models - gentle, generous, NOT
Attempting to be godlier than God!
You think Tartuffe's a person of this stamp?
I'd put him firmly in the other camp.


ORGON:
Have you quite finished?

CLEANTE:
Yes.
ORGON:
Well then, good day.
............
............

Trans. Copyright © Ranjit Bolt 1999 - publ. Oberon Books


...buy this book
next
index
translator's next