IMITATION DU CAVALIER MARINPARTENICE - O HOW BLACK ...
Claude Mallevilletrans. James Kirkup (tanka)
Que Parténice est belle, encor qu'elle soit noire,
C'est le plus digne objet où s'adressent nos voeux,
À l'ébène éclatant qui luit en ses cheveux
L'or, et l'ambre ont cédé l'honneur de la victoire.

Quelle si blanche main, ou d'albâtre ou d'ivoire
De ses liens si noirs peut défaire les noeuds?
Quelle clarté de teint brille de tant de feux,
Que les ombres du sien n'en offusquent la gloire?

Qui jamais vit en terre une divinité
Paraître sous un voile avec tant de beauté?
Qui vit jamais sortir tant d'éclairs d'un nuage?

Soleil retirez-vous, un autre est en ces lieux,
Un autre qui pourvu d'un plus riche partage
Porte la nuit au front, et le jour dans les yeux.
Partenice - O how
black, how beautiful she is -
most worthy subject
for our tributes! - Ebony
glowing brilliant in her hair,

both gold and amber
have conceded victory.
What pure white fingers -
alabaster, ivory -
can comb such dense black glory?

What fair complexion,
flashing with so many fires,
can her own rich shades
not triumph over? But then,
whoever on earth beheld

such divinity
appear veiled in such beauty?
Whoever beheld
so many lightning flashes
from a single thundercloud?

Great Sun! Retire in,
confusion - another now
blessed with more precious
gifts, rising in your place, bears
night on her brow, dawn in her eyes!

Trans. Copyright © James Kirkup 2002


next
index
translator's next