CHANSONSONG
François de Malherbetrans. Brian Cole

Ils s'en vont, ces rois de ma vie,
Ces yeux, ces beaux yeux,
Dont l'éclat fait pâlir d'envie
Ceux même des cieux.
Dieux, amis de l'innocence,
Qu'ai-je fait pour mériter
Les ennuis où cette absence
Me va précipiter?

Elle s'en va cette merveille,
Pour qui nuit et jour,
Quoi que la raison me conseille,
Je brûle d'amour.
Dieux, amis de l'innocence,
Qu'ai-je fait pour mériter
Les ennuis où cette absence
Me va précipiter?

En quel effroi de solitude
Assez écarté
Mettrai-je mon inquiétude
En sa liberté?
Dieux, amis de l'innocence,
Qu'ai-je fait pour mériter
Les ennuis où cette absence
Me va précipiter?

Les affligés ont en leurs peines
Recours à pleurer:
Mais quand mes yeux seroient fontaines,
Que puis-je espérer?
Dieux, amis de l'innocence,
Qu'ai-je fait pour mériter
Les ennuis où cette absence
Me va précipiter?

These kings of my life are leaving me,
These eyes, lovely eyes,
So bright that they make pale with envy
Those ev'n of the skies.
Gods, friends of innocence,
What can I have done to earn
All the pain in which this absence
will make me burn?

That wondrous girl is leaving me,
For whom day and night
In spite of all that reason tells me
I burn in love's light.
Gods, friends of innocence,
What can I have done to earn
All the pain in which this absence
will make me burn?

In what terror of loneliness
Withdrawn from this scene
Shall I give my worriedness
Its liberty to reign.
Gods, friends of innocence,
What can I have done to earn
All the pain in which this absence
will make me burn?

The afflicted in their grief
Can have recourse to tears,
But when my eyes are fountains too,
What hope there remains?
Gods, friends of innocence,
What can I have done to earn
All the pain in which this absence
will make me burn?

Trans. Copyright © Brian Cole 2003


next
index
translator's next

4