BALLADE I BALLADE I
Guillaume de Machaut tr. A.S.Kline
De toutes fleurs n'avoit, et de tous fruis,
En mon vergier fors une seule rose:
Gasté estoit li surplus et destruis
Par Fortune, qui durement s'oppose
Contre ceste douce fleur
Pour amatir sa couleur et s'odeur.
Mais se cueillir la voi ou tresbuchier,
Autre après li jamais avoir ne quier.

Ha! Fortune, qui es gouffres et puis
Pour engloutir tout homme qui croire ose
Ta fausse loi, où rien de bien ne truis
Ne de seür, trop est decevans chose:
Ton ris, ta joie, t'honneur
Ne sont que pleur, tristece et deshonneur.
Se ti faus tour font ma rose sechier,
Autre après li jamais avoir ne quier.

Mais vraiement imaginer ne puis
Que la vertu où ma rose est enclose
Viegne par toi et par tes faus conduis,
Ainz est drois dons natureus; si suppose
Que tu n'auras ja vigueur
D'aniantir son pris et sa valeur.
Lai la moi donc, qu'ailleurs n'en mon vergier
Autre après li jamais avoir ne quier.
Of all the fruits and all the flowers
My garden holds a solitary rose:
The rest lies ruined, every bower,
By Fortune, who’s herself opposed
to this the sweetest bloom
Spoiling its fragrance and its hues.
Should it be culled, crushed in the mire,
After that flower no other I’d desire.

Ah! Fortune, you gulf, you pit of hours,
That swallows any man who’d suppose
Your false doctrines true, where lours
Nothing good or sure in liar’s clothes:
Your smiles, joy, and honour
Are only tears, sadness and dishonour.
If your deceits leave but the naked briar,
After that flower no other I’d desire.

But I could never imagine how
The virtues that my rose enclose
Derive from your lies even now,
Rather they’re Nature’s gift: I know
You have not the power
To destroy such worth, or sour:
So leave me here, or elsewhere, all its fire,
After that flower no other I’d desire.

Trans. Copyright © A.S.Kline 2005


next
index
translator's next