CONSEIL AUX AMANTS ADVICE TO LOVERS
Victor Hugotrans. Timothy Adès
Un brave ogre des bois, natif de Moscovie,
Était fort amoureux d'une fée, et l'envie
Qu'il avait d'épouser cette dame s'accrut
Au point de rendre fou ce pauvre coeur tout brut.
L'ogre, un beau jour d'hiver, peigne sa peau velue,
Se présente au palais de la fée et salue,
Et s'annonce à l'huissier comme prince Ogrousky.
La fée avait un fils, on ne sait pas de qui.
Elle était, ce jour-là, sortie et quant au mioche,
Bel enfant blond nourri de crème et de brioche,
Don fait par quelque Ulysse à cette Calypso,
Il était sous le porche et jouait au cerceau.
On laissa l'ogre et lui tous seuls dans l'antichambre.
Comment passer le temps quand il neige en décembre,
Et que l'on n'a personne avec qui dire un mot?
L'ogre se mit alors à croquer le marmot.
C'est très simple et pourtant c'est aller un peu vite,
Même lorsqu'on est ogre et qu'on est moscovite,
Que de gober ainsi le mioche du prochain.
Le bâillement d'un ogre est frère de la faim.
Quand la dame rentra, plus d'enfant. On s'informe;
La fée avise l'ogre avec sa bouche énorme.
"As-tu vu, cria-t-elle, un bel enfant que j'ai?"
Le bon ogre naïf lui dit: "Je l'ai mangé!"

Or c'était maladroit: vous qui cherchez à plaire,
Ne mangez pas l'enfant dont vous aimez la mère.
An ogre in the woods of Muscovy
Adored a fairy fay. So keen was he,
So desperate the brute to wed this lady,
His mounting passion almost drove him crazy.
The ogre combed his hide one winter's day,
Went calling at the palace of the fay,
And told the usher he was Prince Ogrousky.
The fairy had a son, we don't know whose. She
Was out that day. The child, a fair, plump lad,
Nourished on cakes and cream, whom someone had
Fathered, Odysseus-like, on this Calypso,
Was in the porch, and playing with his hoop. So
They were left sitting in the antechamber.
What does one do when snow falls in December,
Having no prospect of a conversation?
The ogre opted for a degustation.
It is a trifle fast, and not too bright,
Even for an ogre and a Muscovite,
To gobble up your neighbour's little mite.
An ogre's yawn is kin to his appetite.
When she returned, no child. The staff advised;
She saw the ogre's mouth was oversized;
'Have you seen my pretty child at all?' she cried;
'I've eaten it,' the stupid hulk replied.

A blunder. If you hope to please, for sure
Don't eat the child whose mother you adore.

Published in "Acumen", Sept. 2003

Trans. copyright © Timothy Adès 2003


next
index
translator's next