AVE, DEA; MORITURUS TE SALUTAT *AVE, DEA; MORITURUS TE SALUTAT
Victor Hugo trans. A.S.Kline
ņ Judith Gautier

La mort et la beauté sont deux choses profondes
Qui contiennent tant d'ombre et d'azur qu'on dirait
Deux soeurs également terribles et fécondes
Ayant la même énigme et le même secret.

Ô femmes, voix, regards, cheveux noirs, tresses blondes,
Brillez, je meurs! ayez l'éclat, l'amour, l'attrait,
Ô perles que la mer mêle à ses grandes ondes,
Ô lumineux oiseaux de la sombre forêt!

Judith, nos deux destins sont plus près l'un de l'autre
Qu'on ne croirait, à voir mon visage et le vôtre;
Tout le divin abîme apparaît dans vos yeux,

Et moi, je sens le gouffre étoilé dans mon âme;
Nous sommes tous les deux voisins du ciel, madame,
Puisque vous êtes belle et puisque je suis vieux.
To Judith Gautier

Death and beauty are two things profound,
So of dark and azure, that one might say that
They were two sisters terrible and fecund
Possessing the one enigma, the one secret.

O women, voices, gazes, black hair, blonde tresses,
Blaze out, I die! Own to light, love, attraction,
O pearls the sea mingles with its great masses,
O gleaming birds of the forestís sombre ocean!

Judith, our fates are closer to one anotherís
Than one might think, seeing my face and yours:
The whole divine abyss is present in your eyes,

And I feel the starry gulf within my soul;
We are both neighbours of the silent skies,
Madame, since youíre beautiful, and Iím old.

*Hail, Goddess; he who is about to die salutes you.

Trans. copyright © A.S.Kline 2006


next
index
translator's next