AU PAYS NATAL NATIVE LAND
Eugène Guillevic trans. Denise Levertov
Les bois à Colpo, la mer à Carnac, la lande
A Saint-Jean-Brévelay, j'ai bien vu moi qu'ils ont
Une égale colère et crient sur l'horizon
Par le terrible gris, guéri de la légende,

Qu'ils crient par tous les vents, par les corbeaux en bandes,
Par les couleurs de leurs arbres, de leurs maisons,
Crient contre les maudits et leurs combinaisons
De remettre debout une armée allemande,

Pour nous tenir et s'il faut pour nous tuer
Et voir leur règne encore un peu continuer -
Alors que nous voulons vivre en paix et en joie

Sur la terre autour de nous, belle comme elle est.
La mer à Carnac, les bois à Colpo, qu'ils soient
Entendus, et la lande à Saint-Jean-Brévelay.

16 février 1954
The woods at Colpo, the sea at Carnac, the moor
at Saint-Jean-Brévelay, I have seen that they have
each a profound anger and that they cry out
on the horizon in terrible gray, stripped of legend,

that they cry in the winds, and in the flocks of crows,
and in the color of trees, and in the houses,
cry out against the damned who machinate
to set a German army back on its feet

to hold us down and if need be kill us,
and thereby see their rule still persist -
now when we long to live in peace and joy

upon this earth which is so beautiful.
The sea at Carnac, the woods at Colpo,
may they be heard, and the moor at Brévelay.




I have not tried to reproduce the sonnet form, only something of its measured pace. (D.L.)


Copyright © Éditions Gallimard 1942-63; Trans. Copyright © Denise Levertov Goodman & Eugène Guillevic 1968, 1969 - publ. New Directions Publ. Corp.


...buy this book
next
index
translator's next