MYNYDD MAWR MYNYDD MAWR
David Constantine trans. Yves Bichet
All night sopping up rain
At daybreak the wells of the hill opened
The animal in my crystal valley
Doled itself downstream more rapidly.

Every thing flows, it must, the skull
That lodges in the stream exults
At the eyes and at the widened mouth. On Mynydd Mawr
A high wind bearing the law upon me

I let this house go, turning it
Into the rivers from the rainbow's end
Let go our beds and fires
The bowl of berries and the driftwood in arms

The holly, the harebells and the only rowan
And the long icicles brought home
I dealt them down the wind
I conjured everything out of me

Owls and curlews and a peck of jackdaws
And the tunes of dreams. Turning then
There was a steady scintillation
The wet was shining off every surface stone

As I came into the quick of the rainbow
Into the roar with widening eyes
And over my thin skin Mynydd Mawr
Flowed out of the sky, cold silver.
Toute une nuit d'averses.
À l'aube les puits de la colline s'entrouvrent.
Et la bête se libère d'elle-même,
Dévale ma vallée de cristal.

Tout coule. C'est la loi, le crâne
Logé au fond du ruisseau exulte par les yeux
Bouche grande ouverte. Là, sur Mynydd Mawr
Une bourrasque m'imposa cette règle.

Et je laissai partir la maison
Emanée de l'arc-en-ciel, la guidai dans les rivières
J'abandonnai nos lits et nos feux
Les baies dans la coupe, le bois mort en brassées,

Le houx, les campanules et l'unique sorbier;
Et les longs glaçons ramenés à la maison
Je les distribuai au vent.
Il fallait tout expulser

Hiboux, courlis, une pesée de choucas
La mélodie des songes. Puis, tournant le dos
Je vis une immuable scintillation.
Les pierres de surface luisaient d'humidité

Et, comme j'entrai dans le vif de l'arc,
Dans le tumulte, avec mes yeux élargis
Mynydd Mawr s'écoula du ciel, argent glacé
Sur la minceur de ma peau.

Copyright © David Constantine; trans. copyright © Yves Bichet 1992

from "Sorlinges" - Éditions La Dogana 1992 
and "Quarante et un poètes de la Grande-Bretagne" - Écrits des Forges/Le Temps des Cerises, 2003.



next
index