AUX ARBRESTO THE TREES
Yves Bonnefoytrans. Galway Kinnell
Vous qui vous êtes effacés sur son passage,
Qui avez refermé sur elle vos chemins,
Impassibles garants que Douve même morte
Sera lumière encore n'étant rien.

Vous fibreuse matière et densité,
Arbres, proches de moi quand elle s'est jetée
Dans la barque des morts et la bouche serrée
Sur l'obole de faim, de froid et de silence.

J'entends à travers vous quel dialogue elle tente
Avec les chiens, avec l'informe nautonier,
Et je vous appartiens par son cheminement
À travers tant de nuit et malgré tout ce fleuve.

Le tonnerre profond qui roule sur vos branches,
Les fêtes qu'il enflamme au sommet de l'été
Signifient qu'elle lie sa fortune à la mienne
Dans la médiation de votre austérité.
You who stepped aside as she passed,
Who closed over your pathways behind her,
Stolid bondsmen for Douve: that even dead
She will again be light, being nothing.

You fibrous matter and density,
Trees, close to me when she leapt
Into the boat of the dead, mouth shut tight
On the obolus of hunger, of silence, of cold.

Through you I hear the dialogue she tries
With the dogs, with the misshapen oarsman,
And I become part of you as she travels
Through so much night in spite of all this river.

The deep thunder rolling on your branches,
The festivals it ignites at the peak of summer
Mean that she binds her destiny to mine
Through the mediation of your austerity.
Copyright © Mercure de France 1953; Trans. Copyright © Galway Kinnell 1960, 1961, 1962, 1964 - publ. Bloodaxe Books


...buy this book
next
index
translator's next