LE SQUELETTE LABOUREURTHE DIGGING SKELETON
Charles Baudelairetrans. Seamus Heaney
i

Dans les planches d'anatomie
Qui traînent sur ces quais poudreux
Où maint livre cadavéreux
Dort comme une antique momie,

Dessins auxquels la gravité
Et le savoir d'un vieil artiste,
Bien que le sujet en soit triste,
Ont communiqué la Beauté,

On voit, ce qui rend plus complètes
Ces mystérieuses horreurs,
Bêchant comme des laboureurs,
Des Ecorchés et des Squelettes.

ii

De ce terrain que vous fouillez,
Manants résignés et funèbres,
De tout l'effort de vos vertèbres,
Ou de vos muscles dépouillés,

Dites, quelle moisson étrange,
Forçats arrachés au charnier,
Tirez-vous, et de quel fermier
Avez-vous à remplir la grange?

Voulez-vous (d'un destin trop dur 
épouvantable et clair emblème!)
Montrer que dans la fosse même
Le sommeil promis n'est pas sûr;

Qu'envers nous le Néant est traître;
Que tout, même la Mort, nous ment,
Et que sempiternellement,
Hélas! il nous faudra peut-être

Dans quelque pays inconnu
écorcher la terre revêche
Et pousser une lourde bêche
Sous notre pied sanglant et nu?
i

You find anatomical plates
Buried along these dusty quays
Among books yellowed like mummies
Slumbering in forgotten crates,

Drawings touched with an odd beauty
As if the illustrator had
Responded gravely to the sad
Mementoes of anatomy -

Mysterious candid studies
Of red slobland around the bones.
Like this one: flayed men and skeletons
Digging the earth like navvies.

ii

Sad gang of apparitions,
Your skinned muscles like plaited sedge
And your spines hooped towards the sunk edge
Of the spade, my patient ones,

Tell me, as you labour hard
To break this unrelenting soil,
What barns are there for you to fill?
What farmer dragged you from the boneyard?

Or are you emblems of the truth,
Death's lifers, hauled from the narrow cell
And stripped of night-shirt shrouds, to tell:
'This is the reward of faith

In rest eternal.  Even death
Lies. The void deceives.
We do not fall like autunm leaves
To sleep in peace. Some traitor breath

Revives our clay, sends us abroad
And by the sweat of our stripped brows
We earn our deaths; our one repose
When the bleeding instep finds its spade.

Click here 3 for another translation of this poem.

Trans. Copyright © as claimed by Penguin Classics - publ. Penguin Books .. .



...buy this book
next
index
translator's next