L'HORLOGE THE CLOCK
Charles Baudelaire trans. Peter Zollmann
Horloge, dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit: "Souviens-toi!"
Les vibrantes Douleurs dans ton coeur plein d'effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible;

Le Plaisir vaporeux fuira vers l'horizon
Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
À chaque homme accordé pour toute sa saison.

Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
Chuchote: "Souviens-toi!" - Rapide, avec sa voix
D'insecte, Maintenant dit: Je suis Autrefois,
Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde!

Remember! Souviens-toi!, prodigue! Esto memor!
(Mon gosier de métal parle toutes les langues.)
Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
Qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or!

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup! c'est la loi.
Le jour décroit; la nuit augmente; souviens-toi!
Le gouffre a toujours soif; le clepsydre se vide.

Tantôt sonnera l'heure où le divin Hasard,
Où l'auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
Où le Repentir même (oh! la dernière auberge!),
Où tout te dira: "Meurs, vieux lâche! il est trop tard!"
Oh clock, sinister god, dreadful, indifferent,
You warn raising a finger: "Remember!" and you start:
The poisoned darts of Grief, aimed at your wary heart
Always pursue the target, onto the bitter end.

The fleeting haze of ecstasy soon flies away
Like spirits of the air suddenly lost to sight;
Each hungry moment steals a helping of delight,
Your heirloom, meant to last until your dying day.

Three thousand six hundred times in every hour
The Second purrs: "Remember!" - The greedy woodworm,
The Present scratches on: I'm the Past. In my term
I chewed out of your life the most I could devour!

Remember! Souviens-toi!, squanderer! Esto memor!
(My metal throat can speak to all the nations).
The minutes, foolish man, are excavations,
You must ceaselessly delve to reach the golden ore!

Remember that Time is an unrelenting player,
He wins, no cheating, every game! So is decreed.
The great abyss, Remember! waits with hungry greed;
The glass runs out; the nights grow long, the days turn greyer.

Your patron, Chance will soon have no more time to wait,
Your bride, the precious Virtue, who is still a virgin,
And Repentance (oh, final shelter!) will be urging:
"Go on old coward, die! it's getting rather late!"

Click here 2 for another translation of this poem.

Trans. Copyright © Peter Zollman 2005 .. .


next
index
translator's next