CHANT D'AUTOMNE - II AUTUMN SONG - II
Charles Baudelaire trans. Elsie Callander

J'aime de vos longs yeux la lumière verdâtre,
Douce beauté, mais tout aujourd'hui m'est amer,
Et rien, ni votre amour, ni le boudoir, ni l'âtre,
Ne me vaut le soleil rayonnant sur la mer.

Et pourtant aimez-moi, tendre coeur! soyez mère,
Même pour un ingrat, même pour un méchant;
Amante ou soeur, soyez la douceur éphémère
D'un glorieux automne ou d'un soleil couchant.

Courte tâche! La tombe attend; elle est avide!
Ah! laissez-moi, mon front posé sur vos genoux,
Goûter, en regrettant l'été blanc et torride,
De l'arrière-saison le rayon jaune et doux!

In your deep eyes I love the greenish glow,
My sweet, though all for me today is bitterness,
And nothing, not your love, nor bower, nor embers,
For me can match sun's radiance on the sea.

Yet be a mother, tender heart, and love me,
Although a wretched, undeserving son,
Sister or lover, be the fleeting comfort
Of glorious autumn or a setting sun.

Brief task!, the urgent tomb awaits,
Oh let me lay my brow upon your lap
And savour, while I miss the white-hot summer,
The golden beams of autumn's dying days.

Click here 2 for another translation of this poem.

Trans. copyright © Elsie Callander 2003


next
index
translator's next