MONTPARNASSE MONTPARNASSE
Guillaume Apollinaire trans. James Kirkup
Ô porte de l'hôtel avec deux plantes vertes
Verte qui jamais
Ne porteront de fleurs
Où sont mes fruits où me planté-je
Ô porte de l'hôtel un ange est devant toi
Distribuant des prospectus
On n'a jamais si bien défendu la vertu
Donnez-moi pour toujours une chambre à la semaine
Ange barbu vous êtes en réalité
Un poète lyrique d'Allemagne
Qui voulait connaître Paris
Vous connaissez de son pavé
Ces raies sur lesquelles il ne faut pas que l'on marche
Et vous rêvez
D'aller passer votre Dimanche à Garches

Il fait un peu lourd et vos cheveux sont longs
Ô bon petit poète un peu bête et trop blond
Vos yeux ressemblent tant à ces deux grands ballons
Qui s'en vont dans l'air pur
À l'aventure
O hotel doorway wth its two green
Plants that will never
Bear any flowers
Where are my fruits Where was I planted
O hotel doorway an angel is standing there
Distributing leaflets
Virtue never had such sure protection
Let me have a room here forever by the week
Bearded angel you are actually
A lyric poet from Germany
Wanting to get to know Paris
You know that on her pavements
There are these cracks you must never step on
And you dream
Of going to spend your Sundays at Garches

It's a bit sultry and your hair is long
O you brave little poet a bit silly and too blond
Your eyes so much like those two big balloons
That are taking off into the pure sky
At random

Click here 2 for another translation of this poem.

Trans. copyright © James Kirkup 2002



next
index
translator's next