POÈMES LOU - xxiii POEMS TO LOU - xxiii
Guillaume Apollinaire trans. D.M.Black


Quatre jours mon amour pas de lettre de toi
Le jour n'existe plus le soleil s'est noyé
La caserne est changée en maison de l'effroi
Et je suis triste ainsi qu'un cheval convoyé

Que t'es-t-il arrivé souffres-tu ma chérie
Pleures-tu Tu m'avais bien promis de m'écrire
Lance ta lettre obus de ton artillerie
Qui doit me redonner la vie et le sourire

Huit fois déjà le vaguemestre a répondu
'Pas de lettres pour vous' Et j'ai presque pleuré
Et je cherche au quartier ce joli chien perdu
Que nous vîmes ensemble ô mon coeur adoré

En souvenir de toi longtemps je le caresse
Je crois qu'il se souvient du jour où nous le vîmes
Car il me lèche et me regarde avec tendresse
Et c'est le seul ami que je connaisse à Nîmes

Sans nouvelles de toi je suis désespéré
Que fais-tu Je voudrais une lettre demain
Le jour s'est assombri qu'il devienne doré
Et tristement ma Lou je te baise la main


Four days my love no letter still from you
The daylight's blotted out the sun gone blank
The barracks have become a place of terror
And I am sad as a transported horse

What's happened are you sad my love or tired
Or sick You saie You promised you would write
Please fire your letter from your pen your gun
Let me have back my life and joie de vivre

Eight times I've asked the orderly and heard
'Nothing for you this time' And almost wept
I sought out in the street that pretty mongrel
That once we met together dearest heart

I stroked him gently and remembered you
I think he too remembered when we met
He licked my hand and looked at me with kindness
And he's the only friend I have in Nîmes

No news of you and I am in despair
What are you doing Will I hear tomorrow
The day is dark O make it gold again
Sadly my sweetest Lou I kiss your hand

Trans. Copyright © D.M.Black 2000 - publ. Everyman's Poetry



next
index
translator's next