POÈMES LOU - xiv POEMS TO LOU - xiv
Guillaume Apollinaire trans. D.M.Black


Tu m'as parlé de vice en ta lettre d'hier
Le vice n'entre pas dans les amours sublimes
Il n'est pas plus qu'un grain de sable dans la mer
Un seul grain descendant dans les glauques abîmes

Nous pouvons faire agir l'imagination
Faire danser nos sens sur les débris du monde
Nous énerver jusqu'à l'exaspération
Ou vautrer nos deux corps dans une fange immonde

Et liés l'un à l'autre en une étreinte unique
Nous pouvons défier la mort et son destin
Quand nos dents claqueront en claquement panique
Nous pouvons appeler soir ce qu'on dit matin

Tu peux déifier ma volonté sauvage
Je peux me prosterner comme vers un autel
Devant ta croupe qu'ensanglantera ma rage
Nos amours resteront pures comme un beau ciel

Qu'importe qu'essoufflés muets bouches ouvertes
Ainsi que deux canons tombés de leur affût
Brisés de trop s'aimer nos corps restent inertes
Notre amour restera bien toujours ce qu'il fut

Ennoblissons mon coeur l'imagination
La pauvre humanité bien souvent n'en a guère
Le vice en tout cela n'est qu'une illusion
Qui ne trompe jamais que les âmes vulgaires


You spoke to me of vice when you wrote yesterday
Vice has no part in sublime love
It's no more than a grain of sand in the sea
A single grain sinking into glassy abysses

We can call up imagination
Make our senses dance over the world's rubble
Wear ourselves out to the point of exasperation
Or wallow together in disgusting mud

And bound to each other by a unique pressure
We can defy death and its destiny
When our teeth chatter in chattering panic
We can call what is called morning evening

You can make a god of my wild whimsy
I can prostrate myself as if at an altar
Before your buttocks bloodied by my fury
Our love will remain pure as a pure sky

What does it matter that breathless dumb open-mouthed
Like two heavy cannon fallen from their emplacements
Broken with too much loving our bodies rest inert
Our love will always remain what it was

Let us ennoble the imagination my heart
Poor humanity all too often has so little of it
Vice in all that is no more than an illusion
Only coarse souls will ever be deceived by it

Trans. Copyright © D.M.Black 2000 - publ. Everyman's Poetry



next
index
translator's next